POINT CARRÉ

Situé dans un quartier actif de la ville de Nanterre, le bâtiment Point Carré est facilement accessible depuis les transports en communs et par voie routière.

Côté parvis, l’organisation spatiale est repensée au niveau des accès piétons et véhicules afin de garantir plus de visibilité et de fluidité dans les flux entrants et sortants. Parallèlement, une densification de la végétation est recherchée pour donner une atmosphère plus chaleureuse et moins minérale. Côté parking, une proposition est faite pour retrouver une véritable présence végétale sous la forme d’ilot planté densément permettant de créer des relais de biodiversité. Le projet se développe autour de 6 patios paysagés, dont 3 au niveau rez-de-chaussée et 3 en rez-de-jardin.
L’extension consiste à ajouter 3 niveaux d’étages en partie arrière (nord de la parcelle) en forme de U, en se raccordant ainsi au niveau existant de la partie sud du bâtiment. Conçue pour le bien-être des utilisateurs cette extension permet la création de terrasses accessibles en R+3.

LE PARC DU GOLF

Le site du projet domine le Parc du Golf, offrant une vue panoramique exceptionnelle avec la Montagne Sainte Victoire comme repère magistral. La topographie existante des lieux se prête particulièrement à la conception d’un projet qui s’intègre aux terrasses préexistantes et aux courbes de niveaux, de manière à dégager des vues depuis les plateaux bureaux.

Pensé dans l’optique de valoriser un site au fort potentiel et à la nature généreuse, le projet développe une architecture respectueuse de son contexte. L’architecture se veut expressive d’une construction climatique simple et maîtrisée, en toute sobriété. Elle est volontairement ouverte sur le paysage et directement accessible aux usagers. Elle s’implante en prolongement du terrain qu’elle couvre sans le perturber. De cette manière l’ensemble immobilier épouse les formes du sol naturellement et laisse circuler l’air avec fluidité.
Le parti-pris choisi est de construire sur pilotis afin de ménager des zones de stationnement sous les bâtiments. L’aménagement de talus, de gabions et murets permet de les insérer discrètement dans le contexte paysage. Seul le bâtiment en partie haute du site sera réalisé sur terre-plein. L’avantage de cette solution est de préserver un continuum paysager au sol et de relier les différentes parties du site par des cheminements piétonniers entre et sous les bâtiments.
Le projet suivant la pente naturelle du site, permet aux toitures-terrasses de profiter d’une vue entièrement dégagée.

CANAL STREET

L’immeuble de bureaux Canal Street est constitué en superstructure d’un RDC et de 7 étages de bureaux, le tout construit sur 3 niveaux d’infrastructure. Le projet se développe sur une surface de 33 500 m2 à l’architecture résolument contemporaine.

Le rez-de-chaussée est le poumon de l’immeuble en concentrant le hall d’accueil et les espaces de restauration. Il dessert les 7 niveaux de plateaux bureaux conçus pour être divisibles en plusieurs lots. Le 7e étage est aménagé d’une vaste terrasse d’espaces verts plantés, donnant sur le Canal Saint-Denis. Le site est un rectangle permettant la conception d’un bâtiment en forme de « paquebot » de volume simple dont la grande façade est orientée Sud-Nord. Les façades du bâtiment sont constituées de deux peaux. La seconde peau correspond à la surface porteuse est composée d’un voile de béton habillé de métal finition inox brossé. La première peau est une maille de métal blanche qui enveloppe le paquebot comme un filet apportant une touche sculpturale à l’édifice. Les grandes dimensions des baies (2,25m*1,35m et 0,90m) permettent l’optimisation de l’éclairement naturel des plateaux bureaux. Les loggias sur les façades Est et Ouest sont sur double hauteur pour l’installation d’arbres en pots. Ces loggias sont des terrasses d’agrément inaccessibles. Il s’agit de flouter la frontière entre intérieur et extérieur. L’équilibre repose sur la combinaison des exigences fonctionnelles et de confort.

RUEIL RICHELIEU

Composé de trois bâtiments R+5, le projet de construction résidentielle regroupe 45 logements ainsi qu’un niveau de stationnement en SS-1 de 57 places. Se développant sur une surface SDP de 2 900 m2, l’immeuble de logements est desservi par une allée principale menant aux trois halls.

Les bâtiments A et B, situés sur les côtés, sont traités comme des hôtels particuliers où l’esprit moderne des années 30 est recherché. Cela se traduit par les proportions des volumes, la répartition des pleins et des vides en façade et le traitement minimaliste des modénatures en façade. Cette réflexion a été appliquée aussi sur la proportion des ouvertures et le traitement ponctuel des angles par des baies. Il en est de même pour les éléments de ferronnerie tels que la serrurerie et le portail de l’allée centrale. A l’image des bâtiments du courant moderniste du début du XXe siècle, les toitures sont accessibles et deviennent des jardins. L’épannelage particulier des bâtiments offre aux logements de beaux espaces extérieurs que ce soit des balcons ou des terrasses. En cœur de parcelle, une succession en cascade de terrasses accessibles et de terrasses plantées prolonge le coteau interrompu par la construction sur le boulevard.

CHALGRIN

Dans le cadre de l’acquisition de son nouveau siège social, ARC a commandité l’agence Quadri Fiore Architecture pour la réhabilitation des futurs bureaux. Situé non des Champs Élysées sur deux niveaux, un rez-de-chaussée et un sous-sol, le futur siège représentait un projet ambitieux.

L’augmentation de la lumière naturelle, une décoration contemporaine et une redistribution des espaces, tels étaient les enjeux de la rénovation. Afin de partir sur de nouvelles bases, la totalité des matériaux existants ont été déposés. Les espaces de travail ainsi que les parties communes ont été repensés. Dans le but d’amener de la lumière naturelle, les sources d’éclairage direct se sont vues optimisées. La verrière existante autre fois couverte d’une dalle de béton s’est ouverte et est devenue un puit lumineux pour la cafétéria. Autre façon de rendre le lieu plus accueillant, une nouvelle décoration a été réalisée pour créer des ambiances plus douces et chaleureuses. Pour cela des teintes pastel dans un esprit scandinave ont été privilégiées. Les intérieurs, une fois colorés, sont réveillés de leur douceur par des touches pop provenant du mobilier. Outre la décoration, la distribution a suscité un intérêt particulier, transformant ce projet en véritable intervention d’architecture intérieure. Auparavant le long couloir desservant l’escalier menant à l’accueil a été remanié. Dorénavant lumineux et graphique grâce à l’utilisation de Woodskin se mouvant sur les murs et plafond, le couloir dessert en premier lieu un espace d’accueil et ensuite un escalier amenant aux bureaux et espaces de réunions. Cet escalier est un élément central de l’architecture avec sa forme organique, il contraste avec le reste des éléments de type angulaire mis en place dans le reste des espaces intérieurs.

Charnue et obtue à la fois l’architecture d’intérieur du projet Chalgrin est lumineuse, ingénieuse et innovante grâce à des matières nobles et expressives.